Les warrants comparés aux options

Les Warrants et les options se ressemblent dans la mesure où les deux types de produits financiers sont des produits dérivés d’actions, d’obligations, d’indices ou d’autres produits financiers.  Comme les Warrants, les options présentent aussi une durée limitée, une date d’échéance et un prix d’exercice. Le cours des options dépend des mêmes facteurs et se forme quasiment de la même manière que celui des Warrants.

Il existe toutefois plusieurs différences importantes entre les Warrants et les options :

  • Les Warrants sont des titres financiers, les options sont des contrats

Les Warrants sont des instruments financiers émis par des établissement bancaires alors que les options sont des contrats négociés entre cocontractants créant ainsi entre eux un cadre contractuel avec des obligations propres à chaque contractant.

  • Définition des caractéristiques du produit financier

Les contrats d’options négociés de gré à gré sont en général non-standardisés et leurs caractéristiques créées sur mesure. Les contrats d’option négociés sur des marchés organisés comme Liffe sont en revanche standardisés, ce qui signifie que quasiment toutes les options émises répondent à des spécifications concernant leur durée de vie, la taille du contrat, le prix d’exercice et l’unité de négociation.

Les Warrants se trouvent entre ces deux cas : ils n’ont pas besoin de correspondre à des normes pour leur date d’échéance, leur prix d’exercice ou leur parité. Les établissements bancaires peuvent émettre des Warrants présentant les caractéristiques qu’ils souhaitent, du moment qu’il existe une demande suffisante de la part des investisseurs. Par conséquent, on peut trouver des types de Warrants très différents, présentant une grande variété de durées de vie, de prix d’exercice et de parités.

  • Perte limitée sur les Warrants au montant d’investissement

Il n’est possible de vendre un Warrant que s’il est déjà en portefeuille (pas de vente à découvert). De ce fait, la perte maximale potentielle en cas d’évolution défavorable du sous-jacent est limitée au montant investi sur les Warrants.

En revanche, il est possible de vendre une option à découvert sous condition de respecter les obligations légales afférentes. En cas d’évolution défavorable du sous-jacent, l’intermédiaire financier procèdera à des appels de marge afin de couvrir les pertes potentielles. Puisque le risque est illimité pour le vendeur d’options à découvert, il n’y a pas de limite au montant des appels de marge qu’un investisseur pourrait être amené à verser. Il est donc possible de perdre sur une option bien plus que son investissement de départ.

Les investisseurs sont toutefois invités à vérifier régulièrement les dispositions légales et réglementaires applicables avant d’investir dans tout produit financier, notamment afin de s’assurer respecter les éventuelles obligations en matière de vente à découvert.

  • Les options sont toujours disponibles

Il est possible de créer un nombre illimité de contrats dans chaque série d’options alors que le nombre de Warrants disponibles par série est limité à la quantité que l’émetteur a émise. Lorsqu’un émetteur à épuisé tout son stock sur un Warrant en particulier, on dit alors que l’émetteur est « bid only » car il n’est alors plus positionné qu’à l’achat (au « bid »).