Comprendre les notations de crédit

En tant qu’investisseur, vous prêtez de l’argent à l’émetteur de l’obligation. Vous devez donc être sûr que l’émetteur va vous rembourser, avec les intérêts. La qualité du crédit est un outil d’évaluation utile, car ce critère fait référence à la capacité de l’émetteur de payer l’ensemble des intérêts et le principal, en temps et en heure.

La qualité de crédit a un impact sur le taux d’intérêt d’une obligation. Des émetteurs d’une qualité de crédit élevée peuvent payer un taux d’intérêt plus bas, car leurs obligations présentent un profil risque de défaut très faible.  Des émetteurs d’une qualité de crédit plus faible auront tendance à payerun taux d’intérêt plus élevé pour compenser leur profil de risque plus élevé.

La comparaison de la qualité de crédit
En termes de qualité de crédit, les obligations d’État sont considérées comme les obligations les plus sûres, parce qu’elles sont garanties par le crédit de l’Etat en question.

Des obligations émises par des organismes publics dépendant de l’État sont également considérées comme des investissements très sûrs. Leur qualité de crédit est généralement un cran au-dessous des obligations d’État.

En revanche, la qualité de crédit des obligations émises par  des sociétés privées et celles des collectivités locales est très variable. De fait, ces obligations peuvent recevoir des notes allant de « bonne » à « très mauvaise », selon la solidité financière de l’émetteur.

Les obligations de sociétés et de collectivités locales les plus mal notées sont dénommées obligations « à haut rendement » : elles offrent en effet des taux d’intérêt élevés -  plus de 10% par an pour certaines obligations – en raison de leur risque de défaut, qui lui aussi est élevé.

Comment lire les notations de crédit
La variété de qualité de crédit parmi les obligations de sociétés et de collectivités locales montre la nécessité de recherches approfondies de crédit. Mais il n’est pas simple d’évaluer la solvabilité d’un émetteur d’obligations sans analyser de près la situation financière de l’émetteur et l’environnement financier global.

Beaucoup d’investisseurs se tournent vers des agences indépendantes de notation de crédit  – telles que Standard & Poor's (S&P), Moody's, Fitch — qui  analysent les émetteurs  et attribuent une annotation à leurs obligations. Ces notations reposent sur une évaluation de la solidité financière de l’émetteur d’une obligation, ce qui constitue un bon point de départ pour déterminer la solvabilité d’un investissement potentiel en obligation.

Le système de notation de S&P est décrit ci-dessous, sachant que les autres grandes agences utilisent des indicateurs similaires dans leurs notations de crédit :

  • AAA est la note de crédit la plus haute et D et la plus basse.
  • Les obligations notées AAA, AA, A et BBB  sont considérées comme des obligations de bonne qualité ("investment-grade") : elles sont jugées relativement à l’abri d’un risque de défaut.
  • Les obligations notées BB ou au-dessous (y compris B, CCC, CC et C) sont considérées comme des investissements plus risqués et à haut rendement, parce qu’elles présentent des caractéristiques  spéculatives et ne sont pas à l’abri d’un défaut de paiement.
  • Des obligations notées D sont déjà en situation de défaut de paiement.
  • Les notations se voient modifiées en y associant un plus (+) ou un moins (–) afin d’établir une distinction relative au sein de chaque catégorie.
  • Il est important de retenir que les notations de  crédit  représentent l’avis de l’agence de notation : il ne s’agit pas de références de qualité absolues. De leur côté, les fonds de placement emploient leurs propres analystes de crédit, qui font des recherches approfondies avant d’admettre une obligation dans un portefeuille.