Les différents types d’obligations

Il existe de nombreux types d’obligations.

Elles peuvent être distinguées selon la qualité de l’émetteur :

Les obligations d’État ou emprunts d’État : il s’agit d’obligations émises par un État, pour financer ses dépenses. Parmi les obligations les plus connues, on peut mentionner : en France, les Obligations assimilables du Trésor (OAT) ; en Allemagne, les Bundesanleihen ou « Bund » ; au Royaume-Uni, les « Gilts » ; aux Etats-Unis, les Bons du Trésor (« Treasury Bonds »). Ce type d’obligations émises par des Etats offre une bonne signature, c’est-à-dire qu’elles offrent aux investisseurs une certaine garantie de remboursement.

Les obligations émises par une entreprise privée ou par une association : on parle d’obligations « corporate ». La qualité de leur signature dépend de la santé financière des entreprises émettrices. En général, elles offrent des taux d’intérêt plus attrayants que les obligations d’État, en raison du risque plus élevé qui leur est lié.

Les obligations émises par une entreprise du secteur public, un organisme public ou une collectivité locale ; ce sont les obligations du secteur public. Ces obligations offrent une sécurité moindre que celle offerte par les États. Les obligations des collectivités locales peuvent notamment présenter des qualités de signature très variables.

Il existe aussi différents types d’obligations, selon les modalités de versements des intérêts :

Les obligations à taux fixe sont les obligations les plus classiques. Une obligation à taux fixe verse un intérêt (ou coupon) fixé lors de son émission. La périodicité de versement est également fixée au départ : le plus souvent, elle est annuelle. Les versements interviennent jusqu’à l’échéance de l’obligation.

Les obligations à taux variable : il s’agit d’obligations dont le coupon n’est pas fixe : il est indexé sur un taux de marché à court terme comme le LIBOR ou l’EURIBOR, auquel s’ajoute un taux fixe. La plupart des obligations à taux variable présentent un risque de taux faible ; mais ce risque est plus élevé quand le taux de référence est un taux à long terme.

Les obligations indexées sur l’inflation : dans leur cas, le principal et les intérêts sont indexés sur l’inflation. Leur taux d’intérêt est en général plus bas que ceux d’obligations à taux fixe de même maturité. Le coupon est réévalué pour que sa valeur reste la même dans le temps que celle voulue à l’émission. Elles permettent aux particuliers de protéger le pouvoir d’achat de leur investissement.

Les obligations a coupon zéro : ce type d’obligation n’offre aucun coupon durant toute sa durée de vie. Les coupons sont capitalisés, et versés dans leur intégralité à l'échéance de l'obligation. Les obligations à coupon zéro permettent aux particuliers de capitaliser le revenu de leur épargne pour financer des dépenses à une date donnée.

Il existe encore des types d’obligations prévoyant des modalités particulières. Parmi elles, on peut citer :

Les obligations convertibles :une obligation convertible est une obligation à taux fixe qui peut être, au choix de l’investisseur, convertie en actions de l’émetteur. Le prix auquel l’obligation est convertible est fixé au moment de l’émission. Ce prix sera plus élevé que la valeur de marché de l’action au moment de l’émission.